Skip to main content

Publié le: Jan 01, 1970 par Patrick Bethell & déposé sous Pensioen

VOUS ET VOTRE PENSION COMPLEMENTAIRE

 

 

Vous pouvez constituer vos droits à une pension complémentaire pendant votre carrière. Si vous êtes salarié, c'est votre employeur, qui le cas échéant, vous le propose. Si vous êtes indépendant, vous pouvez la constituer vous-même. Lorsque vous prendrez votre retraite, vous recevrez cette pension complémentaire en plus de votre pension légale, soit en une fois, sous forme de capital, soit répartie dans le temps, par exemple sous forme de rente mensuelle.

D’où vient l’argent pour votre pension complémentaire ?

 

Votre employeur met en œuvre un plan de pension.

Pour constituer la pension complémentaire, il devra verser des sommes à une institution de pension. Il s'agit soit d’un fonds de pension ou d'une compagnie d’assurance. Une pension complémentaire via une compagnie d’assurance s’appelle une assurance-groupe.

Les employeurs doivent légalement verser les contributions pour la pension complémentaire à une institution de pension. Ils ne peuvent donc pas conserver ces montants dans leur entreprise. Cette obligation légale protège les travailleurs contre les conséquences éventuelles d'une faillite de leur employeur; il serait regrettable qu'en cas de faillite, ils perdent non seulement leur emploi mais aussi tous leurs droits constitués pour la pension complémentaire.

L’employeur paie généralement lui-même une contribution (contribution de l'employeur) pour la pension complémentaire. Mais souvent, le travailleur y contribue également  (contribution du travailleur). L’employeur verse alors une partie du salaire à l’institution de pension.

Si vous êtes indépendant, vous pouvez verser vous-même de l'argent sur un compte pour votre pension complémentaire libre.

Le règlement de pension fixe les règles du plan de pension. Vous pouvez alors demander ce règlement à votre employeur ou auprès de l'institution de pension.

Différents types de pensions complémentaires

Le règlement de pension décrit le type de pension complémentaire que vous toucherez soit: une pension complémentaire avec une "prestation définie", ou avec des "contributions définies".

•                     Plan de pension du type prestations définies
Dans le cas d'un plan de pension de type prestations définies, vous savez déjà combien vous toucherez lorsque vous serez pensionné : le montant dépendra du nombre d’années pendant lesquelles vous avez travaillé et du salaire qui vous était versé.
Deux exemples de prestations définies :Le règlement de pension détermine ce qui vous sera versé le moment venu (la prestation promise). Pour constituer la pension complémentaire, des sommes sont payées à l'institution de pension, qui investit ces sommes. S'il s'avère au moment de la pension que les montants accumulés ne sont pas suffisants pour payer la somme promise, l'employeur doit suppléer la différence.

 

•                     Un capital égal au montant de votre dernier salaire mensuel, multiplié par le nombre d'années de service auprès de l'employeur;

 

•                     Une indemnité annuelle (rente) égale à un pourcentage de votre salaire moyen sur toute votre carrière chez l'employeur, pour chaque année de cette carrière.

 

•                     Plan de pension du type contributions définies

 

Dans ce type de plan de pension, seuls les montants à verser annuellement à l’institution de pension sont fixés. Les montants payés sont investis et votre pension complémentaire est calculée en fonction du rendement de ce placement. Ce rendement s’appelle le taux d’intérêt.


La pension complémentaire que vous toucherez sera calculée en fonction du résultat des placements, qui peut fortement fluctuer.
Parfois, l’employeur ou l’institution de pension promet un rendement fixe. La loi veille également à ce que vous ayez droit à un rendement minimum. Lorsque vous prenez votre pension, vous avez au moins droit aux montants versés, majoré du taux d’intérêt fixé par la loi. Ce taux d’intérêt minimum n'est pas le même pour les contributions des employeurs et celles des salariés.
Les montants qui vous seront finalement versés avec ce type de plan de pension dépendent donc en partie des rendements et des placements. La mesure dans laquelle vous allez pouvoir financer vos dépenses avec ces montants dépend de l'augmentation du coût de la vie (inflation).

La pension complémentaire est généralement associée à une couverture-décès et/ou invalidité.
Une couverture-décès garantit que lorsque vous décédez avant votre pension, votre partenaire (ou vos enfants) perçoi(ven)t un capital ou une rente mensuelle ou annuelle. Si la couverture-décès prévoit le paiement d'une rente mensuelle ou annuelle, c'est le partenaire qui en bénéficie généralement tant qu'il est en vie. Les enfants ne la perçoivent que jusqu’à l’âge fixé par le règlement de pension.
Une couverture d'invalidité vous garantit qu’en cas d’incapacité de travail, vous allez toucher vous-même un capital ou une rente. Cette rente est généralement versée jusqu’à l’âge de la pension.

Quand touchez-vous la pension complémentaire ?

Vous pouvez demander votre pension complémentaire à partir du moment où vous prenez votre retraite, ou lorsque vous avez atteint l'âge fixé par le règlement de pension. En tout état de cause, pas avant votre 60ème anniversaire (une exception est prévue pour le personnel volant, les navigateurs et les sportifs professionnels).

Votre employeur ou l'institution de pension vous informe du montant de votre pension complémentaire et du mode de paiement.

La pension complémentaire peut être payée de différentes façons :

 

•                     en une fois, sous forme de capital ;

•                     mensuellement ou annuellement, sous forme de rente ;

•                     ou une combinaison des deux.

 

Si vous touchez un capital, vous allez devoir l'investir vous-même. Si vous désirez l’utiliser pour compléter votre pension légale, tenez compte de certains risques :

 

•                     vous pouvez vivre longtemps et dans ce cas, vous aurez besoin de ce complément à votre pension légale à long terme;

•                     l’inflation fait augmenter le coût de la vie d'année en année ; si vous souhaitez conserver votre niveau de vie, vous aurez besoin de plus chaque année.

 

Avec le versement d'une rente, vous êtes couvert contre le premier risque.  Mais vos héritiers ne verront pas augmenter leur héritage par votre pension complémentaire, pas même si vous décédez rapidement après votre départ à la retraite.
En ce qui concerne le risque d'inflation, vous n'êtes certain que votre rente suivra l'augmentation du coût de la vie (inflation) que si elle est indexée annuellement. Il vous en faudra tenir compte lorsque vous planifierez vos finances pour vos vieux jours.

 

« Retour au Blog